Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
FACULTÉ DE MÉDECINE D'ORAN CENTRE HOSPITALO-UNIVERSITAIRE  SERVICE DE MÉDECINE LÉGALE

Publié depuis Overblog

24 Décembre 2014 , Rédigé par Med Leg CHUOran

Affaire Ebossé : Le dossier entre les mains du juge d’instruction

le 23.12.14 | 10h00 Réagissez

Imprimer Envoyer à un ami Flux RSS Partager

Quatre mois après la mort tragique du jeune joueur camerounais de l’équipe de la JSK, la famille du défunt remet en cause les conclusions de l’autopsie effectuée à l’hôpital de Tizi Ouzou et évoque un «crime avec préméditation».

La contre-expertise qu’elle a demandée à des médecins camerounais a conclu qu’«Ebossé est décédé à la suite d’une agression brutale avec polytraumatisme crânien» en mettant en avant les dommages constatés sur le crâne.
Les deux médecins camerounais, un anatomiste-pathologiste et un chirurgien, qui ont pratiqué la deuxième autopsie sur réquisition du parquet et à la demande de la famille du défunt, affirment que le décès est dû à une «violence commise par une ou plusieurs personnes» et non pas par un «objet contondant» comme l’a souligné le parquet de Tizi Ouzou dans un communiqué diffusé le 25 août 2014, trois jours après la mort d’Ebossé. En effet, le procureur avait déclaré que la mort du joueur était «due à un traumatisme causé par un objet contondant et tranchant, ayant provoqué une hémorragie interne».

Selon des sources judiciaires, l’enquête préliminaire a été achevée par la Gendarmerie nationale à la fin de la semaine dernière. «Les investigations ont touché tous les volets de l’enquête et ceux qui en sont responsables de près ou de loin ont été auditionnés ; pas seulement l’auteur, mais aussi ceux qui ont été négligents dans leur mission d’assurer la sécurité des joueurs», explique notre source. Celle-ci révèle que l’enquête a pris quatre mois tout simplement parce qu’en la matière il faut agir dans la sérénité et prendre le temps nécessaire pour faire la lumière sur toute l’affaire. Il fallait aussi attendre les effets de l’appel à témoin lancé par le procureur.

Malheureusement, il n’y a pas eu de réponse. Peut-être que les citoyens ne sont pas habitués à donner des informations, fussent-elles capitales pour élucider un crime. En tout état de cause, l’affaire est aujourd’hui «entre les mains d’un juge d’instruction qui a toutes les prérogatives pour entendre une seconde fois l’ensemble des personnes citées dans l’enquête préliminaire ou d’autres, restées en dehors de ce dossier. Il peut prendre en considération les résultats de l’autopsie, comme il peut les utiliser juste à titre indicatif».

A propos du rapport d’autopsie camerounais publié par la famille du défunt, notre interlocuteur déclare : «C’est un non-événement pour la justice dans la mesure où le rapport n’a pas pris le chemin judiciaire, comme cela est d’usage en la matière. Ebossé travaillait en Algérie, et il est mort en Algérie. L’enquête sur son assassinat relève des compétences des juges algériens. Si l’on considère que la justice camerounaise permet l’ouverture d’une enquête par ses tribunaux dans le cas de la mort suspecte d’un de ses ressortissants à l’étranger, elle aurait pu recourir aux commissions rogatoires et interroger les magistrats algériens chargés du dossier. Ce rapport ne peut donc être pris en considération.»

Notre interlocuteur précise toutefois : «Il est important de savoir que la famille du défunt a le droit et doit se constituer partie civile dans le dossier auprès du tribunal de Tizi Ouzou. De cette manière, elle va avoir accès à tous les actes de la procédure, y compris les conclusions de l’autopsie et peut même exiger une contre-expertise ou l’audition de toute personne qu’elle juge utile à l’éclatement de la vérité. Il lui suffit de constituer un avocat sur place, à Tizi Ouzou.» En tout état de cause, alors que tout le monde attendait les résultats de l’enquête préliminaire, voilà que le compteur est remis à zéro. L’entrée en scène du juge d’instruction augure une autre longue période d’attente avant que la vérité sur les circonstances de la mort de ce joueur de football émérite soit connue.

Salima Tlemçani EL WATAN du 23/12/2014

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article